Site professionnel intéressé par l'actualité dans tous les domaines et du monde entier

jeudi 18 juillet 2019

CAN 2019: "C'est le Maghreb uni!", Tous derrière l'Algérie


Le Caire est inondé de partisans algériens. Ils sont partout. Goûtez à la mangue près du Nil, dérivez autour de la place Tahrir, fumez une chicha dans un bistrot ou une boutique de Khan Al-Khalili, l'ancien bazar de la capitale, où les vendeurs ne peuvent leur proposer un partenaire. "Un, deux, trois, en direct Algérie".

Après le transfert rapide de leur rassemblement national en huitièmes de finale, plusieurs Égyptiens ont défendu les Fennecs. "Nous sommes des Arabes, nous sommes des parents", assure même un vendeur de souvenirs du souk. "C'est le meilleur rassemblement. C'est un football merveilleux", déclare un autre commerçant


Négligence de ce duel exceptionnel du 18 novembre 2009 au Soudan, où les Pharaons ont affronté les Fennecs lors de la Coupe du Monde 2010. Deux ou trois jours plus tôt, au Caire, lors de la dernière ronde, les supporters égyptiens avaient furieusement frappé. Joueurs algériens, initiant des difficultés à Alger et en France. Dans les tribunes du champ d'Omdurman, la ville jumelée de Khartoum sur la rive ouest du Nil, environ 10 000 Algériens, a pris des dispositions pour se battre, a lancé des représailles.


Nahla, 33 ans, guide légitime algérienne vivant au Caire, se prépare deux fois par semaine avec ses acolytes dans un club de football et a été stupéfaite de voir les Égyptiens appuyer la décision de son pays. Selon elle, les supporters "certifiables" ne renforcent pas les Fennecs. "Les personnes qui le font sont considérées comme des partisans fortuits. Ils ont ignoré le passé. Le défi existe toujours entre les deux pays", a-t-elle déclaré.


"Une fièvre ridicule pour l'Algérie"


Quoi qu'il en soit, le sentiment de la société souffle en Afrique du Nord lors de cette Coupe d'Afrique des Nations (CAN). En outre, deux pays uniques se situent derrière l'Algérie: la Tunisie et le Maroc (abstentions sur huit). "C’est le Maghreb uni!", Déclare Sofiane, 28 ans, doublure à Alger qui est venue assister à la planification des Fennecs au stade Petro Sport du Caire le 16 juillet. C'est déraisonnablement magnifique. Ça donne de la qualité. Marocains, Tunisiens, Algériens, tous ensemble. Bonté chérie! Si nous gagnons, ce sera chaud chez les Champs-Élysées. Ce sera la bouillabaisse du Maghreb. "


En Tunisie, où les supporters ont du mal à dissimuler leur pitié d'avoir vu les Eagles perdre le dernier bout, le repli est formé sur leur voisin. "J'ai besoin de regarder l'Algérie-Sénégal plutôt que l'Algérie-Tunisie, car nous sommes trop proches et cela aurait été inhabituellement tendu", même Salim Taleb, 35 ans, locataire de Djerba qui ira voir le dernier match de la CAN dans un bistro près de chez lui. "Les réalités montrent que chez nous, il y a une colère ridicule pour l'Algérie, compte tenu du fait qu'ils commencent tard dans la nuit à passer de nombreux événements . Quoi qu'il en soit, j'aime pareillement sentir que nous soutenons les Fennecs à la lumière de la façon dont nous avons vu à la maison un match que nous n'avions pas. "


Plus à l’ouest, au Maroc, les Fennecs ont animé les rassemblements d’Oujda à Tanger. Comme dans ce bistrot de Salé, près de la capitale Rabat, où les Marocains ont explosé, les armes discernables tout autour, lorsque les joueurs algériens ont marqué contre les Nigérians à la fin. Soukaïna, une Casablancaise âgée de 30 ans, s'est même rendue en Égypte pour le premier match du Maroc . "C'est un rassemblement où l'on combat. Les joueurs ne sont pas inquiets. Ils ne se rendent pas et n'épargnent personne. Leur dernier match a été incroyable", a déclaré la jeune femme, qui a bien proposé de regarder la fin du film dans un bistrot de Casablanca. avec sa famille.


Ferveur du Maghreb


Pour Merry Krimau, ancien marocain du monde entier et guide de Radio Mars, "il existe une complicité et une camaraderie entre nos deux pays, il est authentique de les soutenir", explique-t-il, pas étonné de la vitalité de la périphérie maroco-algérienne, où les supporters des deux pays se satisfont de l’événement social et ont besoin de le restaurer alors que les deux nations sont unifiées depuis 1994. "C’est le sport, c’est le football, il établit une association entre les ordres sociaux", résume-t-il.


Le voyage des Fennecs à la CAN pour réparer cette association. "Le Maghreb est un peuple comparatif qui a été coupé de façon inhabituelle par les pionniers", a déclaré l'humaniste algérien Nacer Djabi. C'est une coutume comparative, une culture comparative, une religion comparable. Il a également observé qu'au cours des années 1920, l'avancée nationaliste algérienne mentionnant l'indépendance était connue sous le nom de North African Star. Par conséquent, cet empressement maghrébin que nous observons actuellement, "est le mouvement de l'histoire. Le public en général est proche et exprime cette tendance dans une situation difficile", a ajouté Djabi.


Alors que de nombreux fans algériens continuent de chanter devant le terrain où les Fennecs s'entraînent, l'un d'eux rencontre un Egyptien des années cinquante. "On me considérait à Chlef", dit-elle avec un sourire qui lui arracha les joues. De même, ne peut pas encore aider plutôt marmonner: "One, two, three, viva l’Algérie."