Disparition d'un milliard de francs CFA à BGFI: Henri Claude Oyima accumulé - فيديو مواقع بلا حدود

إعلان اعلى المقالة

mercredi 17 juillet 2019

Disparition d'un milliard de francs CFA à BGFI: Henri Claude Oyima accumulé



La disparition d'un milliard de francs CFA du dossier du bureau des autorités légales d'Alfred Bongo Ondimba à la BGFI ne laisse pas de traces avec une consommation excessive d'encre et de salivation dans l'estimation générale. Le ricochet le plus récent est le rendez-vous du juge en charge du dossier, le président et chef de la direction du rassemblement bancaire de BGFIBank au Gabon, Henri Claude Oyima.

Les assurances remontent au 16 mars 2015. Comme l'a démontré une source proche du record, "le Fonds d'investissement stratégique du Gabon (FGIS) a transféré au total un milliard et demi de francs CFA au notaire pour sa participation dans le capital de Tropical Holding En tout état de cause, alors que cette offre devait grimper à 600 millions de F CFA, le FGIS avait alors versé 900 millions à un montant extraordinaire. Alfred Bongo Ondimba a ensuite évoqué le remboursement de la charge la plus généreuse versée à la banque qui maintenait son refus par une "non assiduité".

Indiscutablement, la totalité payée par le FGIS aurait disparu. À ce moment-là, le FGIS s'est emparé de la police légitime qui a examiné l'exécutif de ce dossier, de la même manière que le notaire qui, de toute évidence, avait fait des annonces à son sujet.

De ce fait, le notaire et le groupe bancaire ont tenté de régler la discussion avec enthousiasme, ce qui aurait abouti à une frustration. Alfred Bongo Ondimba aurait, semble-t-il, enregistré une plainte contre la banque pour "usurpation d'identité et utilisation de faux, d'éclatement de la confiance, de transaction non approuvée sur un compte séquestre".

Henri Claude Oyima sera "entendu comme témoin oculaire durant les 15 jours du 15 juillet pour expliquer l'évaporation de 1,5 milliard de francs CFA du compte rendu de l'enquête du notaire sur la progéniture d'Omar Bongo Ondimba, notaire", déclare le sans faute Jeune Afrique.

تواصل معنا

نموذج الاتصال

Nom

Adresse e-mail *

Message *