SIDA : Permet aux chercheurs d'éliminer le VIH du génome de souris infectées - فيديو مواقع بلا حدود

إعلان اعلى المقالة

jeudi 4 juillet 2019

SIDA : Permet aux chercheurs d'éliminer le VIH du génome de souris infectées

Nouvelle amélioration rassurante dans l'examen contre le sida. Dans un examen diffusé mardi dans Nature Communications, les chercheurs ont trouvé un autre moyen de traiter le VIH rejeté de l'ADN d'une souris polluée, rapporte le média américain CNN.

Des chercheurs de la Lewis Katz School of Medicine de la Temple University et du Nebraska Medical Center (UNMC) ont coordonné des tests sur 29 souris. Plutôt que d’utiliser une méthode isolée, les spécialistes ont associé deux instruments pour éliminer absolument les cellules dégradées chez des souris spécifiques: les médicaments antirétroviraux (ARV) (utilisés avec modifier le génome).

"Ce n'est qu'une avancée sous-jacente"

Chez ces souris, qui repeignent la limite des cellules T chez les individus, les autorités ont injecté un traitement appelé LASER ART (ART à libération féconde modérée): les antirétroviraux modifiés agissent de manière encore plus continue pendant une période impressionnante de deux ou trois jours maintenant. Ils ciblent les tissus de la rate, de la moelle osseuse et du cerveau où les stocks inutilisés de VIH ou les rencontres de cellules séronégatives pour le VIH vont probablement se former, explique CNN. Les cellules corrompues restantes ont été retirées à l'aide du système de changement de qualité CRISPR-Cas9. Le système a "nettoyé des zones du génome" et s'est abstenu du VIH, a déclaré Kamel Khalili, co-fabricant de l'examen et responsable du Centre de neurovirologie et de neuroAIDS complet, CNN.

À la fin de l'examen, les experts ont eu gain de cause quant à l'élimination de la maladie chez neuf des 29 souris traitées. "Ce discernement est une affirmation que le transfert du VIH est possible", a déclaré Kamel Khalili, dans une annonce prise par L'Obs. "Quoi qu'il en soit, ce n'est qu'une avancée sous-jacente", prévient-il. "Nous avons atterri sur la lune, mais nous n’avons pas encore compris comment nous rendre à Mars", dissèque-t-il. Les experts reconnaissent qu'il faudra encore un an pour vérifier si la maladie est abattue. Divers tests pourraient être conduits sur des primates.

تواصل معنا

نموذج الاتصال

Nom

Adresse e-mail *

Message *