CAN-2019: Mané ou Mahrez, deux étoiles mais un seul pharaon d'Egypte - فيديو مواقع بلا حدود

إعلان اعلى المقالة

الخميس، 18 يوليو 2019

CAN-2019: Mané ou Mahrez, deux étoiles mais un seul pharaon d'Egypte


Ils sont les deux candidats au titre de meilleur buteur CAN-2019 alors qu'ils commencent le dernier tronçon du défi. Quoi qu’il en soit, à 21 heures le vendredi 19 juillet, Sadio Mané et Riyad Mahrez seront bien plus que cela: les X composantes d’une dernière Coupe africaine qui permettront au Sénégal ou à l’Algérie de finalement imposer leur football de territoire.

Pour Mane et ses complices, un triomphe en vaut la peine, mais progressivement, le Sénégal n’a jamais choisi son nom lors de la dernière des épreuves africaines les plus élevées. En outre, une réalisation de Mahrez et de ses siens aurait un impact relativement monstrueux, puisque peu de ses complices étaient pris en compte lorsque leurs merveilleux signataires ont renversé le titre principal de l'Algérie sur le territoire en 1990. Le test pour les deux pays comme pour les deux hommes, est énorme.

Régulé sur le courant commercial

Cette CAN ne représentait pas la demande du statut de pionnier de Sadio Mané et ne lui permettait pas de se transformer en une personne sainte. Suspendu pour l'essentiel de l'épreuve, il ne pouvait en aucun cas éviter de se faire fouetter le lendemain, en se levant avant les Fennecs. Révélé physiquement acquis après une saison particulièrement longue avec Liverpool, l'ailier sénégalais a expliqué comment utiliser à mauvais escient un Kenyan peu encombrant pour fermer le fragment sous-jacent du test avec un double dans sa poche et une discipline manquée.

Contre l’Ouganda, un rapport comptable comparable a quelque chose de nouveau: il a donné à sa famille le pouvoir de partir sans être éliminé, éliminant le respect qu’il avait eu pour lui, s’il manquait la pause en bombardant une autre discipline. Un échec qui convenait à son désir ardent dans l'action. "Le rassemblement m'a donné trois coups, j'ai raté deux fois, je pense que l'ampleur n'est pas extraordinaire, et maintenant je vais donner la discipline aux autres." finalement, vous ne devriez pas être extrémiste, nous devrions considérer le rassemblement ", conclut-il, sérieusement, le soir de sa défaite consécutive.

C'est donc par le jeu, et simplement par le jeu, qu'il s'est efforcé de récupérer ses estimations. Cependant, depuis le huitième, son compteur reste entravé, ne tenant pas compte de la façon dont il est devenu significatif jusqu’à présent dans les phases menaçantes. C’est par lui, explicitement, que la cible libératrice de Gueye est arrivée en quarts de finale contre le Bénin. Dans la demie, en tout cas, il était incertain, négligeable et soudainement impuissant face à la Tunisie. Deux visages qui ont inévitablement motivé l'incertitude quant à l'approche de l'énorme plan de match.

Mahrez se lève

En face, Riyad Mahrez connaît mieux le parcours que prévu par un pari distinct de Premier League. Pas incroyablement malin lors de l’arrangement social, il est merveilleusement remplacé par ses complices, qui sont allés chercher trois victoires dans un nombre similaire de rencontres sans que cela puisse vraiment être illustré, en dehors d’une affirmation contre le modeste Kenya lors de la primaire journée.

Vers la soirée de ce triomphe synonyme de capacité pour l’Algérie, son précepteur Djamel Belmadi avait, comme souvent face aux médias, éliminé les médias et leurs désirs prédominants: "Nous comprenons qu’il est capable de jouer dans un club remarquable (Manchester City, Ed), mais ne lui mettez pas une surabondance de poids, Riyad ne veut pas être une star. "

Cette empreinte, en tout cas, il n'a pas pu s'échapper au début des matchs. En huitièmes de finale, il a marqué le but de la pause contre la Guinée, avant de faire une solide introduction au quart contre la Côte d'Ivoire. Quoi qu’il en soit, c’est surtout au final, contre le Nigéria, qu’il a pris une autre estimation. À la fin du temps réglementaire, alors que toute l'Algérie retenait son souffle, il envoya ses parents au paradis en désignant un coup franc étonnant. Officier, pionnier finalement compagnon de la chance.

Avec sa nouvelle structure et le parcours sans ressources de l'Algérie depuis le début du défi, tout indique qu'elle a le profil idéal pour progresser et devenir, en deux ou trois heures, la personne sacrée de cette Coupe d'Afrique et de tout un peuple. . Quoiqu’il en soit, il n’est pas certain que Mané le quitte suffisamment pour porter le pschent - la "couronne" traditionnelle des pharaons de l’Égypte obsolète - d’autant plus que les Sénégalais continuent de vouloir gagner, vers la fin de la période, un ballon doré qui lui parviendra. De plus, proclamer se transformer en ce qui pourrait être comparé à George Weah, l’Africain fondamental qui a remporté le Graal en 1995, devrait lui donner des ailes.

نموذج الاتصال

الاسم

بريد إلكتروني *

رسالة *