Site professionnel intéressé par l'actualité dans tous les domaines et du monde entier

jeudi 18 juillet 2019

Tour de France 2019


Cela faisait longtemps que le Tour n’avait pas été aussi vivifiant lors de son premier match. En vertu d’Alaphilippe et de Pinot mais également sur le parcours, l’attente est dure et rapide lorsqu’on se dirige vers les Pyrénées.

Isolez Netflix, Canal Plus ou Amazon Prime. Attendez un peu avant de vous lancer dans la saison 3 de "Casa de Papel". Le véritable cours de l’été est le Tour de France. En outre, les quatre scènes qui l'accompagnent sont à couper le souffle: un triptyque pyrénéen avec six premiers mouvements de caractérisation malgré l'incroyable passe Tourmalet de samedi, où le Tour a récemment atteint son objectif ultime à deux reprises dans son histoire. De plus un temps frustrant fondamental autour de Pau le vendredi. Quelle euphorie au Béarn.

Pour exprimer cela l'année dernière, la Grande Boucle a de temps en temps le battement d'une scène de Maigret des années 1970. La saisie du rassemblement anglais, Sky, devenu Ineos, avait couvert les attentes. De même, une des quelques superbes étapes est arrivée, un long dimanche de préparation, à Roubaix, le 15 juillet. Pas de karma pour les évaluations, c'était essentiellement avant le reste des Bleus en Russie ...

Le test est à nouveau stimulant

Néanmoins, cette année, il y a du champagne à chaque étage. En outre, pas simplement à la lumière de la façon dont c'est à Epernay que Julian Alaphilippe a pris la chemise jaune. Les spectateurs de France Télévisions sont exceptionnels. Au bord de la route, l’open est de retour avec son cortège de sourires, de glacières sur des tables extérieures, d’horribles sommets et d’enfants heureux sous les yeux de grands-parents émus pour transmettre le style de vie du Tour. Le test est encore une fois revigorant et on se moque bien de ne pas jurer que, finalement, ce ne seront pas des chemises anglaises qui lèveront les bras devant l’Arc de Triomphe.

De plus, nous aurions d’ores et déjà la possibilité de remercier certains Français. La république de juillet était quelque peu souveraine, Julien en premier. Alaphilippe rêve de garder sa tunique jaune jusqu'à Pau. Cycliste rebelle qui reste ouvert, il a tout pour nous aider pendant dix jours. Thibaut Pinot, malgré la scène bombardée de la périphérie à Albi, garde au chaud ses rêves de scène. Incroyablement mieux, de toute façon, cela donne l’impression que nous ne devrions pas le dire. Intégrons également Romain Bardet, aussi vexé que de temps en temps d’avoir examiné et entendu dire qu’il avait perdu le Tour avec autorité et qu’il proposait des actions à tous lors de la troisième semaine dans les Alpes.

Sans négliger les organisateurs, écrivains d'un parcours confus à souhaiter. "Il a dépassé nos besoins, se rend Thierry Gouvenou, le responsable spécifique du Tour. De plus, à mesure que les corps s'épuisent, il devrait exploser de partout. L'épisode des jambes fera l'extase des yeux.